• Droit,
  • Recherche,

APPEL A COMMUNICATION - Enseigner le droit hors des frontières nationales (XIXe-XXe siècles)

Evènement | 15 mars 2022

Aix-Marseille, septembre 2022 / 3E JOURNÉE D’ÉTUDE - "Acteurs et actrices de l’enseignement juridique hors de la métropole"

appel a communication

Les propositions de communications, accompagnées d’un bref CV, sont à envoyer aux quatre organisatrices pour le 15 mars 2022.


Cette troisième journée d’études s’intéressera aux acteurs et actrices, qu’ils soient
enseignant.e.s ou étudiant.e.s. Du côté des professeur.e.s, les questionnements concernent, comme
souvent dans les problématiques de l’exil durable ou temporaire, la question des profils, des
parcours et des raisons, lorsqu’elles existent, qui encouragent à partir. Quelles sont les motivations
de ces enseignant.e.s ? Matérielles ? Personnelles ? Idéologiques ? Qu’est-ce que l’expérience
étrangère nous raconte de ces hommes et de ces femmes : est-elle la preuve d’une plus grande
ouverture d’esprit ? A-t-elle des incidences sur leur façon de concevoir et d’enseigner le droit ?
Peut-elle avoir un sens politique ?... En parallèle, des interrogations similaires se posent pour les
étudiant.e.s, en tant qu’individus, mais également en tant que groupes. Les migrations
estudianti

Depuis quelques décennies, l’histoire de l’enseignement du droit à l’époque contemporaine
est, en France, un chantier en plein essor. En témoigne la création de la Société pour l’histoire des
facultés de droit en 1983, qui a permis la coordination et le développement d’un champ de
recherches jusqu’alors délaissé. Cependant, cette histoire des facultés de droit est longtemps restée
une histoire des doctrines qui y étaient enseignées et des écoles qui s’y affrontaient. Il a fallu
attendre une période plus récente pour que l’historiographie se saisisse des lieux de l’enseignement
du droit en eux-mêmes, dans le cadre d’une socio-histoire attentive au fonctionnement de
l’institution, à son personnel, ses étudiants, ou encore ses ressources budgétaires. Alors que de
telles études fleurissaient déjà dans d’autres disciplines (v. par exemple les travaux de Charles,
2004 ; Picard, 2007 ; Singaravelou, 2009 ; Ferté et Barrera, 2010), les initiatives se sont multipliées
ces dernières années chez les juristes, parfois en lien avec les débats actuels liés à l’autonomie des
universités ou la rénovation de l’enseignement du droit dans un contexte de globalisation (Ancel et
Heuschling, 2016 ; Jamin et Van Caeneghem, 2016).
Ce renouvellement des approches s’est fréquemment adossé à la question des disciplines
juridiques. Il a également emprunté le chemin d’un intérêt pour le collectif enseignant. Siprojuris,
la base de données bio-bibliographique des professeurs de droit français entre 1804 et 1950,
rassemblant 600 individus, a vu le jour, fruit d’un travail collectif coordonné par Catherine Fillon.
Ouvrant de nouvelles perspectives pour l’histoire sociale des élites juridiques, cet important déport
prosopographique s’est doublé d’un renouvellement de la biographie intellectuelle des professeurs
de droit, désormais moins préoccupée de décréter l’existence de « grands juristes » que de
décrypter les mécanismes concrets d’accession à la « grandeur intellectuelle ». Enfin, cette
nouvelle histoire des facultés de droit s’est souvent concentrée sur des aires géographiques
particulières, ce qui a donné lieu à la création, en 2008, du Réseau européen pour l’histoire de
l’enseignement du droit.
Le progrès de l’histoire de l’enseignement du droit est par conséquent substantiel pour ce
qui concerne la période contemporaine. Ce cycle de journées d’études profite de ces nouveaux
acquis pour poursuivre le travail déjà accompli en interrogeant un phénomène peu investi
jusqu’alors : l’histoire de l’enseignement du droit hors des frontières nationales aux
XIXe et XXe siècles. Certes, l’époque contemporaine est marquée, par rapport au Moyen Âge,
notamment, par une incontestable nationalisation du droit et de son enseignement, amorcée à
l’époque moderne. A priori, l’on pourrait penser que le temps des pérégrinations académiques est
révolu. À y regarder de plus près, toutefois, rien n’est moins sûr. Empruntant des formes variées,
une dilatation certaine de l’espace académique français peut également être observée à l’époque
contemporaine (Audren et Halpérin, 2013).
- Dans le cadre de l’expansion militaire ou coloniale tout d’abord, la métropole entend plaquer
son modèle d’enseignement du droit dans le cadre d’institutions dédiées (facultés de droit dans les
départements annexés par l’Empire napoléonien ; École de droit d’Alger, expansion universitaire
vers le Levant avec les Écoles de droit du Caire ou de Beyrouth, École de droit d’Hanoï, etc.).
- En dehors du cadre « autoritaire » des régions militairement occupées ou colonisées ensuite,
nombreux sont les professeurs de droit, surtout à partir de l’entre-deux-guerres, à promouvoir le
droit français à l’étranger, dans le cadre d’une diplomatie culturelle bien comprise (conférences,
cours au sein d’instituts culturels, etc.).
Cette appréhension transnationale de l’enseignement du droit se situe par conséquent à
l’articulation d’un triple questionnement : la réflexion similaire venue des historiens d’autres
disciplines, qui se sont également saisis de cette question ; le tournant historiographique vers
l’histoire globale ou connectée, ainsi que vers la question des circulations, qui entend interroger,
voire dépasser les cadres nationaux habituellement retenus pour écrire l’histoire ; la
problématique actuelle de la dénationalisation/ globalisation de l’enseignement du droit, qui agite
la doctrine.
Il nous a semblé qu’un tel questionnement relatif à l’enseignement du droit hors des
frontières nationales était de nature à combler un vide historiographique important, tout en
éclairant certains enjeux actuels de la globalisation de l’enseignement du droit. Par ailleurs, les
contributions de collègues étrangers pouvant offrir un éclairage similaire dans leurs pays seront
particulièrement appréciées.


Comité d'organisation :
Silvia Falconieri (chargée de recherches CNRS, IMAF)
Catherine Fillon (professeur, Université Jean Moulin Lyon III) 
Laetitia Guerlain (professeur, Université de Bordeaux) 
Florence Renucci (directrice de recherches CNRS, IMAF)